Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 20:10

LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITE EXTERIEURE (TLPE)

concerne les grosses enseignes publicitaires de la Zone d'Activité.

Son objectif est de lutter contre la pollution visuelle mais aussi de générer une recette nouvelle de plusieurs dizaines de milliers d'euros que la commune percevra cet automne.

Nous avons été favorables à sa mise en place car la situation financière de la Ville nécessite des économies et de nouvelles recettes or on ne doit pas augmenter les impôts des ménages saint-jeannais,

Elle permet un rééquilibrage entre les commerces de centre-ville (qui ne sont pas concernés par cette taxe) et ceux de la Zone d'Activités,

une partie de la recette doit être utilisée pour des actions de soutien au commerce de centre-ville,

toute entreprise peut faire le choix de réduire la taille de ses enseignes si elle ne souhaite pas s'acquitter de cette taxe.

M. le Maire a sur ce dossier privilégié l'intérêt de la majorité des citoyens. Nous devons nous en réjouir.

En revanche, que penser des choix de l'opposition municipale sur ce dossier?

Les élus d'opposition n’ont jamais exprimé de réserve quant au fait de mettre en place la TLPE (ni lors de la présentation de l'étude, ni lors du choix des taux d'imposition en commission finances). Pourtant, ils ont voté contre en conseil municipal du 26/06/2015,

Dans la salle du conseil, était présent ce jour-là l'entrepreneur ayant soutenu la candidature de M. Philippe Rollet aux municipales en 2014. Lors des questions du public en fin de conseil, cet entrepreneur a expliqué qu'il refuserait de payer cette taxe et enlèverait ses enseignes (ce qu'il a fait).

C'est un choix de ne pas vouloir financer la collectivité par le moyen de cette taxe. En revanche, de la part d'élus, calquer leur positionnement sur celui d'un soutien ressemble beaucoup à du clientélisme.

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 20:09

DEUX PROJETS DE LA COMMUNE POUR REDYNAMISER LE CENTRE-VILLE

Premier projet : le Tabellion à l'angle de l’hôtel de ville (ancien bar Ravi)

Depuis novembre 2012, nous demandons une démolition de ces bâtiments en ruines en plein centre-ville : « L'objectif serait de créer un vrai cœur de ville « historique » plus agréable pour les Saint-Jeannais(e)s et plus attirant pour les touristes. […] il faudrait démolir l'immeuble de l'angle place de la mairie. Cela permettrait de dégager la Tour du Tabellion et d'envisager sa restauration. Il faut bien entendu garder la possibilité de reconstruire, dans un second temps, et prévoir en attendant des aménagements provisoires et réutilisables. » (bulletin n°26).

La Ville a perdu du temps sur ce dossier. En effet, la municipalité de M. Charvoz s'est opposée au projet de l'ancienne municipalité (actuelle opposition) puis a attendu des investisseurs qui ne sont jamais venus.

Mais, aujourd'hui, le dossier avance. Il est prévu dès 2017 de conforter la Tour et de déconstruire les bâtiments en ruines pour :

  • redonner du cachet à notre centre-ville historique,
  • attirer des investisseurs à Saint-Jean pour relancer le marché de l'immobilier,
  • augmenter notre offre touristique en mettant en valeur le bâtiment historique de la Tour
  • régler un problème de sécurité et d’insalubrité.

Le dossier avance sans nouvel emprunt à réaliser, grâce au soutien de l'Etat dans le cadre du fonds de soutien à l'investissement local (FSIL).

Second projet : l'église Notre-Dame à côté de la cathédrale

Avant la Révolution, cette église était rattachée au grand clocher. Ce dernier en tombant lors de sa destruction en 1794 l’a endommagée en partie.

Propriété de la Ville, le bâtiment était utilisé il y a 30 ans comme salle communale puis a été désaffecté pour des raisons de sécurité. Récemment il a fallu en consolider l'entrée principale. En effet, il existe un risque d’effondrement en raison d’un problème de charpente qui s'est aggravé ces dernières années.

Une phase urgente de confortement 2017-2018

Les travaux sont chiffrés à 2 126 400€ mais peuvent être réalisés sans emprunt grâce au FSIL.

Une phase d'aménagement dans un second temps

La municipalité envisageait dans son programme de 2008 de transformer l'église en centre des congrès ce qui ne nous semblait pas utile pour notre Ville.

Nous avons exprimé le souhait d’en faire un musée des costumes de dimension départementale pour enrichir notre offre touristique. L'église se prête parfaitement à cette fonction (espace et luminosité, mise en accessibilité).

Ce projet nécessite un soutien financier de l'Etat et du département mais aussi le don/prêt de collections. C’est un dossier sur lequel nous pourrons juger de l’efficacité de l’action de M. Charvoz, maire et conseiller départemental.

Ces 2 dossiers sont le signe d'une évolution positive pour notre centre-ville. Nous souhaitons qu'ils soient conduits jusqu'au bout – et nous nous sommes engagés dans ce sens.

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 20:07

LA COMMUNAUTE DE COMMUNES ET LE COMMERCE DE CENTRE-VILLE

Il faut faire le bilan des actions mises en place par la Communauté de Communes :

- les commerces relais : il s'agit d'acheter et rénover un local commercial pour le louer ensuite à un prix attractif. Mais cela coûte très cher (254 200€ pour 1 commerce en 2016) pour un effet peu convaincant : 3 commerces relais en 8 ans, dont 2 proposent la même offre.

- le manager de centre-ville : depuis juin 2012, la Com-Com a un agent qui sert de lien entre les commerçants et avec la collectivité. Son départ est l'occasion d'évaluer les résultats obtenus et de s'interroger sur l'utilité d'embaucher de nouveau un manager (40 000€/an).

Certains choix ont, par ailleurs, fragilisé les commerces de proximité.

- La halte-garderie a été sortie de l'hyper-centre où elle se trouvait avant 2012 et installée dans la zone du champ de foire.

- Depuis leur mise en place, les bus Coeur de Maurienne drainent plus de monde du centre-ville vers la zone commerciale que l'inverse.

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 20:04

Un centre-ville qui meurt, c'est une Ville qui meurt. Depuis des années, les logements de notre centre-ville se vident et les bâtiments se dégradent. Il en va de même pour les commerces. Certains ouvrent mais d'autres ferment ou se déplacent en périphérie.

Pourtant, avoir un centre-ville dynamique permettrait à tous les Saint-Jeannais(e)s de bénéficier d'un cadre de vie agréable et vivant, d'un choix varié de commerces de proximité et d'impôts locaux qui n'augmentent pas, voire diminuent.

Quelles solutions ont été mises en place ? Quelles pistes envisager ?

CE QUE LES ELUS PEUVENT FAIRE POUR RENDRE LE CENTRE-VILLE PLUS ATTRACTIF

- Entretenir les espaces publics

Voir l’article des élus Vivons Saint-Jean dans le magazine municipal d’octobre.

- Faciliter le stationnement et la circulation des véhicules, des vélos et des piétons

Nous demandons depuis des années une étude globale sur la circulation. Il ne faut sûrement pas empêcher la circulation au centre-ville en rendant tout piétonnier car cela nuirait au commerce. En revanche, il faut trouver comment rendre la traversée de ville plus facile et plus sûre pour tous.

- Développer le marché

« Les marchés du samedi matin sont un véritable atout pour notre ville. Nous proposons à la municipalité de les transformer en “mini-événements” en créant un espace piétonnier au centre ville [devant la Cathédrale, rue Brun Rollet] pendant leur déroulement.” (bulletin n°7/septembre 2009).

- Ramener de la population au centre-ville

Dossier 1 ; les bâtiments OPAC du pré Copet

Il était nécessaire de faire évoluer les bâtiments OPAC du pré Copet en raison de problèmes de chauffage/d'isolation dont nous parlions dans notre bulletin n°16 (mars 2011). Un premier bâtiment vient d'être rénové, un second le sera pour proposer des logements adaptés à un public senior. La Communauté de Communes participera pour 100 000€ à cette adaptation.

Dossier 2 : 11 logements OPAC prévus dans le Tabellion à l’angle de la sous-préfecture

Les travaux déjà réalisés ont fragilisé l’immeuble mitoyen et ont été arrêtés en mars. L’intérêt général est qu’ils reprennent au plus vite.

Dossier 3 : un projet de résidence seniors

Nous avions proposé en 2013 une extension de la résidence autonomie (ex-Foyer-logement Bonne-Nouvelle). Il faudra y réfléchir si aucun projet privé de résidence services ne se fait rapidement.

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 19:59

Chères Saint-Jeannaises,

Chers Saint-Jeannais,

depuis 2008 nous n'avons jamais eu peur de nous battre contre les projets de la municipalité qui allaient contre l'intérêt de notre Ville et de ses habitants (comme le téléporté avec les Sybelles à 30 000 000€ en 2010).

Depuis 2008, nous dénonçons les comportements d'élus qui servent des intérêts privés.

Nous sommes allés devant les tribunaux pour obtenir plus de transparence et nous avons gagné.

Cependant, nous ne sommes pas « l'opposition ». En effet, nous refusons de rester sans rien faire en attendant les élections municipales de 2020 et en souhaitant l'échec de la municipalité actuelle.

Nous sommes Saint-Jeannais(e)s.

Nous voulons que les élus fassent les bons choix pour améliorer la vie quotidienne de tous, retrouver des finances saines et développer notre territoire.

Toute l'équipe de Vivons Saint-Jean et sa présidente Florence Arnoux Le Bras

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 16:55

L'état très dégradé des rues de notre Ville (chaussées et trottoirs) est le résultat visible de la politique menée par M. le Maire. Depuis 2008, nous demandons que l'argent public ne soit pas gaspillé dans le « bling-bling » qui permet de passer dans le journal, mais investi dans l'entretien et l'amélioration du cadre de vie.

Malheureusement rien n’est fait contre cette dégradation progressive de l'espace urbain.

Le premier objectif de la municipalité devrait pourtant être de faire que chaque Saint-Jeannais(e) profite d'un cadre de vie agréable et que notre commune bénéficie d'une image positive.

Published by Vivons Saint-Jean - dans Expression des élus
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 15:37

Le bilan humain : 217 écoliers et collégiens ont dû trouver un nouvel établissement, 16 enseignants ont été mutés et 9 salariés ont été licenciés.

Le bilan financier : 935 000€ d'emprunt contractés pour rénover les locaux sont à rembourser par le contribuable savoyard car le Conseil Départemental a garanti l'emprunt.

Pourtant, entre le moment où la garantie du prêt a été signée et celui où le Conseil Départemental a choisi de ne plus apporter son soutien financier au groupe scolaire, le nombre d'élèves n'a pas varié. Si l'établissement scolaire n'était pas viable avec ce nombre d'élèves, pourquoi avoir garanti cet emprunt ? C'est une question à laquelle M. Charvoz qui a traité le dossier de A à Z, comme maire de Saint-Jean-de-Maurienne et Vice-président au Conseil Départemental aux affaires scolaires, n'a pas répondu.

Au printemps 2015, M. le Maire disait travailler à une réouverture de l'école pour la rentrée de septembre 2016. Il n’en est plus question. Pourtant, le groupe scolaire Saint-Joseph permettait aux familles d'avoir le choix pour scolariser leurs enfants. Sa fermeture est un coup dur pour l'attractivité de notre territoire et de notre commune.

Il est logique de demander des comptes à notre maire sur son action / inaction a mené à un tel désastre.

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 15:36

La mise en place d'une aide financière aux particuliers pour l'acquisition d'un vélo à assistance électrique pourrait :

- être une mesure de soutien aux commerçants de notre territoire. Cependant, les VAE subventionnés en 2015 ont, en majorité, été achetés à l'extérieur.

- permettre de remplacer l'usage de la voiture par celui du VAE. Cela n'a pas été le cas non plus, d'après le constat fait en commission transports.

Des subventions ont même été accordées pour financer l'achat de VTT à assistance électrique. Or l'argent public ne doit pas servir à financer les loisirs de nos concitoyen(ne)s qui ont les moyens de s'offrir ce matériel.

Il ne faut pas oublier que la Com-Com a, d'un autre côté, augmenté les tarifs des passeports du mercredi et du centre aéré, en particulier pour les familles aux revenus les plus faibles.

A noter : notre présidente Florence Arnoux Le Bras, élue à la Com-Com, a demandé à consulter la liste des bénéficiaires de cette subvention, ce qui lui a tout d'abord été refusé par M.Jean-Paul Margueron, Président de la Communauté de Communes.

La liste des bénéficiaires, finalement transmise, pose question quant aux attributions (plusieurs par foyer, bénéficiaires ayant des liens par le travail ou comme élu avec la Com-Com).

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 15:35

Des bus moins nombreux mais plus chers pour les usagers et pour la collectivité : nos élus défendent-ils nos intérêts ?

La Communauté de Communes vient d'attribuer une nouvelle fois le marché des transports en commun à l'entreprise déjà titulaire pour la somme de 504 858€/ an.

A partir du 01/07/2016, ce sera plus cher pour la collectivité.

Le marché a été attribué dans le cadre d'une délégation de service public (DSP) pour une durée de 6 ans et demi (contre 3 ans actuellement) ce qui permet plus de visibilité à l'entreprise,

les tarifs des carburants ont diminué depuis la dernière passation de marché,

il y aura moins de bus pour réduire le gaspillage,

pourtant, la Com-Com a accepté une offre commerciale qui lui coûtera encore plus cher :

+ 30000€/an.

Ce sera aussi plus cher pour les usagers.

Les tarifs sont en forte hausse : par exemple, +87,5% pour tous les abonnements.

Une augmentation si importante des tarifs risque d'entraîner une baisse de la fréquentation des bus, ce qui a été souligné par l'entreprise elle-même qui a anticipé une baisse des recettes et a donc demandé une participation financière plus élevée de la Com-Com !

La Com-Com a accepté de payer plus cher pour un service réduit par rapport à l'existant : qui y gagne, puisque ce ne sont ni les usagers, ni la collectivité ?

Il faut savoir que c'est M. PM Charvoz, Vice-Président aux transports, qui a mené la négociation.

Pour rappel, lors de la mise en place du service de bus, il avait en tant que maire de Saint-Jean accordé le marché à l'entreprise aujourd'hui titulaire, alors qu'elle ne proposait pas le meilleur tarif à la Ville.

Lors du vote de ce marché des transports le 27/04/2016, M. le VP aux transports était absent et n’a donc pas expliqué son choix de faire que la collectivité et les usagers paient plus pour avoir moins.

Que faire ?

Ce n'est pas la première fois que M. Charvoz ne défend pas nos intérêts. Il faudrait que ce soit la dernière.

Le contrat est signé pour 6 ans et demi. En revanche, les législatives sont d'en moins d'1 an et il ne reste que 3 ans et demi avant les prochaines municipales. M. Charvoz doit comprendre qu'il ne peut pas aller contre l'intérêt des Saint-Jeannais sans en payer le prix.

Pour rappel : nous avions demandé (bulletin n°39/octobre 2015) dans l'intérêt de tous :

- un service de bus revu et optimisé afin de permettre une réduction des coûts pour la Com-Com et la Ville de Saint-Jean à laquelle le service coûte 250 000€/an,

- une augmentation modérée des tarifs pour les usagers.

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 15:32

Ce que nous demandons depuis des années et que la municipalité doit mettre en place :

1) PLUS DE JUSTICE ENTRE LES USAGERS

Concernant les services scolaires (restauration scolaire, accueil périscolaire, accueil péri-éducatif) :

Utiliser le taux d'effort qui garantit les tarifs les plus justes (par la prise en compte de la composition de la famille). Ce mode de calcul est imposé par la CAF dans toutes les structures qu'elle subventionne et appliqué par la Com-Com (halte-garderie). Il devrait être utilisé par la Ville mais seulement à partir de la rentrée 2017.

Eviter les variations brutales des tarifs d'une année sur l'autre. Il n'y aura exceptionnellement pas d'augmentation pour la rentrée 2016, cependant, le risque est là d'une augmentation plus forte en 2017. Il faudra refuser un rattrapage de ce genre, injuste pour les familles.

2) DES TARIFS PLUS JUSTES POUR LES SAINT-JEANNAIS(E)S

En ce qui concerne la médiathèque et de l'école de musique, les usagers extérieurs ayant un lien avec la commune (par le travail, l'établissement scolaire…) paient les mêmes tarifs que les Saint-Jeannais depuis 2011.

C’est une situation injuste car :

- les usagers saint-jeannais financent aussi les services par leurs impôts et donc paient en réalité plus cher que les autres usagers. Il est évident que cela ne contribue pas à rendre notre Ville attractive : quel intérêt d'habiter Saint-Jean dans ces conditions ?

- la baisse des tarifs extérieurs est compensée par nos impôts. Pour l'école de musique c’est une perte de 40000€/an. Cela a contribué à aggraver le déficit de la structure qui a explosé, passant de 245 532€ en 2010 à 408 426€ en 2015.

- la commune de Saint-Jean, qui finance seule l'école de musique et la médiathèque, paie donc pour les usagers extérieurs en lieu et place des autres communes.

Voilà comment est utilisé l’argent de nos impôts.

Depuis des années nous proposons des solutions pour parvenir à plus de justice pour les Saint-Jeannais. Rien n’a été fait.

3) UNE LOGIQUE DANS LES TARIFS

Il n'y a aujourd'hui aucun rapport entre le coût réel des services proposés par la Ville et les tarifs payés par les usagers.

Pour vous donner les exemples dont nous disposons (car M. le Maire refuse de nous donner tous les chiffres) :

- chaque inscription à l'école de musique (pour tout usager saint-jeannais ou ayant un lien avec Saint-Jean) est financée à 80% par nos impôts, sachant que ce service ne concerne que les familles les plus aisées et qu'il s'agit d'une dépense de loisir sans caractère obligatoire.

- la restauration scolaire, qui fait partie des services utiles au quotidien pour les familles, est moins aidée, pour 70% dans le cas des familles les plus modestes et pour moins de 50% pour les familles les plus aisées. Pourtant, quand les deux parents travaillent, le recours à la restauration scolaire est obligatoire et constitue un budget conséquent pour les familles, auquel s'ajoutent le péri-éducatif et le périscolaire.

- l'accueil péri-éducatif est financé à 0% par la commune, uniquement par la participation des familles et les aides de l'Etat.

Il serait pourtant logique d'aider davantage les services qui sont les plus nécessaires pour tous les habitants. Cela participerait à rendre notre Ville attractive et permettrait de regagner de la population.

Published by Vivons Saint-Jean - dans Bulletins d'information

Nous Contacter:

  • : Blog de Vivons Saint Jean
  • Blog de Vivons Saint Jean
  • : Vous trouverez sur ce blog toutes les informations nécessaires à propos de l'association citoyenne Vivons Saint-Jean et en particulier son bulletin d'information. Vivons Saint Jean a pour but de promouvoir la démocratie locale et de préparer les prochaines échéances électorales, dans la suite de la candidature de la liste "Vivons Saint Jean" aux municipales 2008.
  • Contact

Vivons Saint-Jean

 

Vivons Saint-Jean est une association citoyenne créée après les municipales 2008.


Elle a pour but de promouvoir la démocratie locale et de préparer les prochaines échéances électorales à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie).


Elle distribue son bulletin bimestriel à 3500 exemplaires.

 

clocher

 

 

Rechercher